samedi 6 février 2016

menage au cordeau

Pour tous les travaux à pied, les guides présentent le désavantage d’être « encombrantes » et  il y a souvent nécessité d’utiliser ses deux mains pour mener,rien que pour faire les reprises de guides. Il n’en reste donc pas de libre pour toutes les autres fonctions et Dieu sait si dans certains cas, elles sont nombreuses !
Le menage au cordeau avec une seule guide, appelé « cordeau » pallie à cet inconvénient. Le meneur a ainsi une main libre et peut passer de la main droite à la gauche tout en gardant le contact avec son animal.
Historiquement  cette technique apparue sans doute au XIXème siècle a connu son apogée (comme technique moderne) lors de la grande époque de la traction animale agricole (mécanisation sans moteur de l’agriculture) avant la seconde guerre mondiale. Elle était surtout utilisée dans les régions à forte tradition de traction chevaline, c’est-à-dire dans l’est et le nord de la France. Elle a perduré jusqu’à nos jours et bon nombre de meneurs, surtout les débardeurs à cheval, travaillent « au cordeau ».
Si un grand nombre de chevaux et de mules ont été attelés au cordeau, peu d’ânes ont été dressés spécifiquement. En 35 ans de carrière je n’en a vu qu’un seul en Bretagne ! Or cette technique est très intéressante pour tous les travaux à pied et peut très bien être mise en œuvre avec des ânes
Tout d’abord, il faut préciser qu’il s’agit d’une technique qui ne s’utilise qu’au pas et si elle est compatible avec des travaux attelés à une voiture utilitaire, elle n’est pas adaptée à l’attelage fût-il de loisir.
Le matériel


Le bridon est équipé d’un mors de bride, un « coup de poing » fait l’affaire et les fausses rênes sont attachées à la passe la plus basse. La gourmette est réglée comme pour des guides (passage de deux doigts quand les branches du mors sont dans le prolongement des montants).
Les fausses rênes (en cuir ou en cordage souple) passent par les clefs du collier. La clef de droite est située plus haute que la clef de gauche car le meneur est souvent à gauche. Le débattement des fausses rênes derrière le collier est d’environ 40 cm (suffisant pour un âne !).
Le cordeau en corde souple (attention au matériau qui brûlent les mains quand on travaille sans gants !) est attaché aux fausses rênes derrière le collier par un anneau (ou mousqueton) coulissant. Sa longueur varie en fonction des tâches à effectuer. Pour les travaux de débardage, il est nécessaire qu’il soit assez long (4m ou plus), sinon il faut l’adapter à l’outil.
Le menage
Tout d’abord, comme pour le menage aux guides, il est absolument nécessaire que l’âne soit appuyé sur son mors et « en avant », si possible calme et droit pour reprendre les principes de base de l’équitation.
La technique de menage consiste à utiliser un code physique par l’intermédiaire du cordeau pour donner les indications. Cela ne peut se faire que si l’âne est éduqué et qu’il comprend déjà  les ordres vocaux.
Pour s’arrêter, le meneur tout en donnant l’ordre d’arrêt, arrête de marcher et retient le cordeau.
Pour tourner à gauche, tout en donnant l’ordre vocal, le meneur en marche tend légèrement le cordeau jusqu’à ce que le virage soit effectué.
Pour tourner à droite, tout en donnant l’ordre vocal, le meneur en marche donne des petites saccades intermittentes jusqu’à ce que le virage soit effectué.
Pour reculer, tout en donnant l’ordre vocal et en prenant le palonnier, le meneur tire sur le cordeau jusqu’à obtenir un pas en arrière.
Il faut noter que la position et l’allure du meneur sont fondamentales dans cette technique de menage, il ne faut pas par une mauvaise position  « bloquer » les déplacements  de l’animal.
Dans tous les cas, et comme en attelage, une fois l’ordre effectué, on baisse l’intensité des aides (cordeau et voix) et on récompense l’âne (par exemple « c’est bien » ou « brave »)
L’âne
A priori tous les ânes sont aptes à être menés au cordeau. Il est néanmoins nécessaire qu’ils aient été éduqués dans cette optique.
L’apprentissage peut se faire directement au cordeau à partir de deux ou trois ans ou après un passage aux longues rênes. Plus l’animal est âgé, moins cela sera facile !
Enfin, il faut noter que le menage au cordeau, si il facilite la tâche du meneur, ne rend pas plus aisée la traction par l’âne, celle-ci ne dépendant que de l’outil ou de la charge.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire