mardi 15 juillet 2014

Michel attèle avec un joug landais

 Michel nous raconte son expérience avec ses ânes attelés au joug landais de sa fabrication :



"Le joug je l'ai fabriqué avec l'aide d'un ami ébéniste qui a déligné les plateaux et réalisé les mortaises dans les montants. Le joug est en chêne. Les parties métalliques ont été réalisées à partir de pentures de portes ajustées à la demande.
J'ai réalisé de faux colliers en contre plaqué avec le côté extérieur articulé mobile pour le passage de la tête de l'âne. Le côté mobile est ramené et verrouillé par une cordelette en sommet de faux collier. Fixés sur le joug, les faux colliers reçoivent la partie extérieure dense du collier portugais en compression. Les colliers et faux colliers sont rendus solidaires par des bandes scracth (bientôt des lanières cuir). A chaque extrémité du joug, une barette verticale verrouille et sécurise l'ensemble.
Le timon du tombereau est également réalisé en chêne, taillé dans un montant/support de bat-flanc récupéré dans une démolition d'écurie.
Le tombereau (encore à l'état de prototype) est fabriqué à partir d'un chassis de remorque porte-motos (à essieu de 500kgs suspendu), dépouillé de tous ses organes électriques et sur lequel j'ai adapté un plancher et des côtés confectionnés avec de la volige en sapin. La caisse est fixe.
Le système de freinage est absent mais je dois rapidement doter le tombereau de cet organe de sécurité..... Pour l'instant nous travaillons à plat, tout va plutôt bien, mais sur des pentes ce serait moins facile à gérer sur le plan sécurité...
Le reculement doit être complété (il s'effectue aujourd'hui avec les colliers et le culeron, ce qui est un peu juste en charge et dans les pentes légères). Je pense adapter un système de ''ruson'' que l'on trouvait sur les gerbières, ces pièces métallique montées sur les brancards de la gerbière servaient, avec la barre de fesses, à retenir la charge. Ces ''rusons'' seraient montés sur la partie supérieure du timon pour ne pas blesser les ânes.
 
Aujourd'hui les ânes (onor -pyrénées GN du Berry -5 ans et boubou Croisement de pré - 4 ans) travaillent essentiellement à sortir le fumier d'une bergerie (environ 80 m3) et à le transporter à l'extérieur. J'ai une autre demande pour une chèvrerie plus grande (100m3 estimés).
Le chargement se fait à la main à trois personnes. 1m3 de fumier frais est transporté à chaque voyage sur environ 300m. Le vidage du tombereau se fait à l'aide de griffes. (Chargement 15mn - transport a/r 15mn - vidage 5mn). 3h matin, 2h a/m. si pas trop chaud, sinon pas l'a/m.
L'absence de basculement du tombereau n'est pas très pénalisante pour le voiturage du fumier. Néanmoins, il peut avoir son intérêt dans le cas du transport de sable, terre ou gravas...)
J'ai dans mes cartons une autre étude avec une remorque bagagère basculante... mais ceci est un autre projet pour la paire Grandou (avec un poil de Poitou 4 ans) et Basile (un peu plus de Poitou 3 ans), encore en éducation, parce que je vois bien mettre deux paires au joug en attelage à 4.
NB : le deuxième joug sera réalisé en acacia sur les conseils de mon ami ébéniste.
Les ânes ont également travaillé au joug à tirer des genêts arrachés à cheval pour les rassembler en tas (demande de particulier) et à sortir des branches de notre rivière locale, la Save (demande du syndicat de protection des berges)."



 Pour voir plus de photos cliquez ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire